Elle n’a que 36 ans, un CV XXL et une déjà longue expérience de la vie. Toujours entre deux avions, Inga Verbeeck est une matchmaker chic, de choc et de charmeghts…

Epi-MC-Madame-61-ITW-INGA

Serait-ce la pratique assidue du patinage artistique qui lui a donné ce sens de la rigueur, cette élégance masquant l’effort sous la grâce? Des patinoires, la jeune Inga est rapidement passée dans le monde des adultes. D’abord journaliste spécialisée dans la voile – c’est là qu’elle rencontre celui qu’elle épouse à 21 ans -, elle va ensuite intégrer l’entreprise familiale et se frotter aux milieux de l’acier et de la finance. Entre temps, elle donne naissance à un petit garçon, et divorce. L’offre d’une amie qui lui propose de la rejoindre au sein de son agence matrimoniale va lui faire prendre un virage à 180°. « J’avoue avoir été intriguée d’abord, sceptique ensuite. J’ai hésité… Et comme je voulais comprendre avant de m’engager dans ce nouveau job, j’ai testé. Je n’ai pas rencontré l’homme de ma vie mais le métier qui me fait vibrer ! » Aujourd’hui, elle est à la tête de sa propre agence, Ivy International, inaugurée en 2015.

2 000 cœurs à prendre

« J’ai une grande responsabilité dans la mesure où mes clients me font confiance » avoue Inga. Si les frais d’inscription placent la barre très haut (15 000 € pour une affiliation standard), ils sont aussi des garants de qualité, de sérieux et de discrétion de la part de l’équipe qui l’entoure ; dix femmes se partageant les bureaux d’Anvers, Paris et Genève, sans compter les antennes, dont une à Monaco. En un an à peine, les souvenirs s’amoncellent. Le meilleur ? « Il concerne l’une des mes premières clientes, devenue depuis une amie. J’ai dû la convaincre pour qu’elle accepte de rencontrer un homme très éloigné de son idéal masculin. Je ne m’étais pas trompée, il était le prince charmant qu’elle attendait ! » Le plus drôle ? « Ce client avait des exigences bien précises, il voulait une femme grande, blonde, aux yeux bleus avec une excellente profession. Après trois rencontres et autant de fiascos, je lui ai présenté une petite brune. Le courant est passé et ils ont acheté un appartement ensemble, à Paris. » Le plus « fleur bleue » ? « Deux personnes overbookées. Elle Française installée à Genève, lui, Danois de Copenhague. Faute de temps, ils se téléphonent et s’envoient des mails pendant plusieurs mois. L’amour s’immisce dans ces échanges et ils conviennent enfin d’un rendez-vous, sur l’héliport de Monaco. Lui débarque avec des roses et du champagne. Inutile de vous dire que leur week-end sur le Rocher a décidé de leur vie future. C’était très émouvant. » Alors, les affaires de cœur sont-elles des affaires comme les autres ? L’intéressée éclate de rire : « Heureusement, non ! En devenant apparemment moins vaste grâce aux moyens de communication, le monde est également devenu plus associal. J’ai un devoir moral envers les 2 000 personnes inscrites à l’agence et, comme je reste une indéfectible idéaliste, envers les Hommes en général, j’aimerais les aider à réussir leur vie privée, à trouver leur âme sœur si tel est leur vœu et à accéder au bonheur. » Entre raison et sentiments…

Written By: Cécile Olivéro

Article Featured in: Monaco Madame

Share this post